Matthijs Vermeulen

nl en de

ON NE PASSE PAS pour tenor et piano (1917)
 
On ne passe pas est une mélodie composée sur un poème qu’Elisabeth Diepenbrock-de Jong van Beek en Donk écrivit sous le pseudonyme « Victor le Jeune, Soldat au front » (le mot « jong » en néerlandais signifie « jeune » en français). Basée entièrement sur l’actualité du moment, c’est véritablement une œuvre de circonstance. En des termes simples, le poème décrit la fermeté du roi Albert de Belgique et la solidarité de son peuple : La ligne de l’Yser ne devra pas être prise par les Allemands. Le cri de guerre « On ne passe pas » est emprunté au slogan « Ils ne passeront pas ! » que le général français Robert Nivelle introduisit en 1916 lorsque les Allemands débutèrent l’offensive de Verdun. Sous la forme de « ¡no paseran! », ces mots furent réutilisés plus tard, au vingtième siècle, par bien des mouvements de résistance.
         Cette mélodie dédiée Au poète et composée le 7 mars 1917 (mise au propre par un copiste) parut dès le 24 mars dans la revue hebdomadaire De Nieuwe Amsterdammer à laquelle elle fut intégrée comme supplément.
 
traduction : Clémence Comte
 
On ne passe pas 
'Victor le Jeune, Soldat au front' (= pseudonyme de Elisabeth Diepenbrock-de Jong van Beek en Donk, 1868-1939)
 
Le tocsin sonne – le son du cuivre
Ramène dans les coeurs la Foi !
Le Belge veut mourir, mourir ou vivre
Seul pour l'amour de son bon Roi !
 
L'armée est là,
On ne passe pas !
 
Les cloches brisées, les villes détruites...
L'ennemi qui règne par l'effroi,
De tous les crimes la longue suite
S'abat sur tous, même sur le Roi.
 
Le Roi est là,
On ne passe pas !
 
Les cloches muettes, l'atroce mitraille
Dicte seule l'inexorable Loi,
Mais dans l'horreur de cette bataille,
Le peuple vit en son grand Roi.
 
L'Yser est là,
On ne passe pas !
 
 
 
get the Flash Player
affichage normal