Matthijs Vermeulen

nl en de

PRÉLUDE DES ORIGINES pour bariton et piano (1959)
 
Vermeulen était déjà à la recherche depuis assez longtemps de textes pour la composition d’un cycle de mélodies commandé en 1957 par le Ministère néerlandais de l’Enseignement, des Arts et des Sciences, lorsque le 21 mars 1959 il tomba sur le Prélude des origines en feuilletant le recueil Ecce homo de Georges Ribemont-Dessaignes (1884-1974). Dans la phrase d’introduction de ce long poème en vers libres est posée la question de l’origine du génie artistique : « De qui es-tu né, poète ? ». Suivent des suggestions telles que : es-tu né du vent, de la nuit, du feu, ou de la terre, toujours avec des évocations poétiques de ces phénomènes naturels. Avec les lignes de conclusion « Oh muette soit la question qui se pose ! Frères, je suis, mais je ne suis pas né. », Ribemont-Dessaignes semble pointer en direction d’une origine divine, métaphysique, pensée également chère à Vermeulen. Il qualifia ce poème de « brève épopée, traitant le sujet caractérisé par Malraux par les mots « la condition humaine », mais pénétrant beaucoup plus profondément jusqu’à l’essence de la question ».
         Cela devint une mélodie de grande envergure pour baryton et piano, possédant les principales caractéristiques des œuvres vocales de Vermeulen : traitement syllabique de la partie vocale, chromatisme dans les deux parties, et une grande alternance dans l’approche de l’accompagnement instrumental qui à plusieurs reprises fait entendre un contrepoint de plusieurs mélodies indépendantes. Des mots tels que l’eau et le feu donnèrent lieu à des illustrations sonores dans la partie de piano. Parlando.
         Vermeulen acheva son Prélude des origines le 29 octobre 1959. Il envisagea de lui joindre d’autres extraits d’Ecce homo, ce qui aurait probablement donné une œuvre d’une durée globale d’environ une soirée entière. Ce projet n’aboutit pas, notamment parce que Vermeulen travaillait alors également à son quatuor à cordes.
         Vermeulen ne reprit pas le Prélude des origines dans le cycle qu’il présenta plus tard au ministère (Trois chants d’amour), mais considéra cette composition comme une mélodie indépendante. On ne sait pas vraiment pourquoi il laissa cette pièce à l’état de brouillon et ne la proposa pas à des interprètes.
         Plusieurs années après le décès de Vermeulen, sa fille Odilia en effectua une copie soignée. L’œuvre fut créée le 13 février 1983 à Amsterdam (Odeon) par Charles van Tassel, baryton, et Marien van Nieukerken, piano.
traduction : Clémence Comte
 
Prélude des origines
Georges Ribemont-Dessaignes (1884-1974)
 
De qui es-tu né, poète? Du temps et de l’espace,

Sans commencement ni n,

Sans père ni mère,

Comme une source au jardin des origines,

Demande-t-on quelle est sa naissance?

Et cette eau qui sourd de la n première,

O fontaine de la mémoire, fontaine du grand centre

De la terre,

Es-tu née, toi aussi, qui coules sur les cailloux blancs du souvenir,

De ce qui était sans être, avant le savoir

De l’existence?

 

Te voici volute enroulée comme une couleuvre

Délovée en marée amie du soleil et de la lune

Et bientôt retirée sous la main qui se baigne

Et le pied qui s’aventure

Pour marcher sur les eaux.

De qui je suis né? Du vent peut-être,

Du grand vent sans trêve ni domicile,

Né lui-même des horizons que jamais n’atteignent

Ni la main fardée de flatterie,

Ni le pied du voyageur qui pour les mieux apaiser

Déguise sa marche en danse et sa danse en vol,

Du grand vent à la crinière de cavale,

Aux doigts de feuilles mortes,

Au cri d’oiseau migrateur,

Au sommeil sans repos dans l’ombre des cheminées,

Au regard de fumée,

A l’amour cruel des soleils d’été

Dans les grandes vallées,

Séchant le sang des meurtres et les larmes des deuils

Sur les pierres, sur la sueur et la poussière…

 

Ou peut-être es-tu né de la nuit ou du feu?

Il est vrai que j’ai vu les troupeaux de la transhumance

Dormir sur une place aux ténèbres de paix,

Tandis qu’aux coins sombres abandonnés par les hommes

Resplendissait l’inme miracle des vers luisants.

Il est vrai que j’ai vu sur les bancs de la solitude,

Sous le lent virement du zodiaque,

Se nouer les mains, se mêler les soufes

Et s’ouvrir des cœurs d’où tombait goutte à goutte

Une plainte déchirante et divine.

Il est vrai que j’ai vu danser le feu à la pointe des herbes,

Courir sur les collines et jouir des mystères en fuite,

Veiller comme l’amour sous le souvenir

Dans l’âtre du silence,

Et j’ai respiré avec ivresse les cendres d’un univers en transe

Tordu dans les délices du suicide et les délires

Jaillis de son soufe avec la amme qui le dévore

Et dont il nourrit sa faim de trônes, de contrées et de sang

Jusqu’à ce que, seul, il vomisse ses os, la ponce et le soufre

Et la cendre de sa puissance,

Il est vrai aussi que dans quelque eden de l’insouciance

J’ai vu dans les parfums nocturnes s’allumer les lucioles,

Feux follets de l’absence et du manque,

O rêve nonchalant où rejoindre à doux cris le silence.

 

Mais peut-être suis-je né de la terre,

Suis-je sorti entre les jambes de la terre,

Comme une herbe, un grillon, une pierre,

Comme un écho jadis oublié dans un puits

Et germant tout à coup quand monte la sève

Et s’exhalant, soupir promis à la rosée,

Virtuelle liane aspirée par les étoiles

Hors de ton sein, poids de mon cœur, ô ma terre.

Mais voici que je me balance entre deux forces

Et danse comme un éphémère

Pour un jour éternel,

Pour l’amour éternel,

Comme un joyeux et léger éphémère

Pour la vie éternelle,

Pour la mort éternelle.

Oh muette soit la question qui se pose!

Frères, je suis, mais je ne suis pas né.

  

 
get the Flash Player
affichage normal